Charles Koechlin * 27. November 1867 in Paris; † 31. Dezember 1950 in Rayol-Canadel-sur-Mer, Département Var)

März 4, 2018 Kommentare deaktiviert für Charles Koechlin * 27. November 1867 in Paris; † 31. Dezember 1950 in Rayol-Canadel-sur-Mer, Département Var)

L’esprit ouvert, il se passionne pour le cinéma et compose une Seven Stars‘ Symphony (1933) dédiée à sept acteurs, dont Douglas Fairbanks, Greta Garbo, Marlene Dietrich et Charlie Chaplin pour le Final qui évoque « l’âme chimérique, la résignation et l’espoir »[réf. nécessaire] de l’artiste. Il compose même plusieurs musiques pour des films imaginaires comme Le Portrait de Daisy Hamilton (1934), ou Les Confidences d’un joueur de clarinette (1934) dont il écrit lui-même le scénario d’après le roman d’Erckmann-Chatrian. Mais une seule accompagne effectivement un film, Victoire de la vie, réalisé par Henri Cartier-Bresson en 1937 pour soutenir la lutte des républicains espagnols. Pour les fêtes de l’Exposition universelle de 1937, il célèbre les Eaux vives. En 1945, il termine Le Buisson ardent tiré du roman Jean-Christophe de son ami Romain Rolland, dans lequel il utilise les ondes Martenot.

Passionné d’astronomie, il s’est aussi adonné à l’art de la photographie (plus de 4 200 clichés stéréoscopiques en témoignent6) jusqu’à publier en 1933 un recueil de photographies intitulé Ports, en collaboration avec Jean de Morène et Daniel Biot.

L’influence de Koechlin s’est exercée non seulement par sa musique et ses ouvrages théoriques mais aussi par ses conférences, notamment aux États-Unis (dans différentes villes en 1918 puis à l’université de Berkeley en Californie en 1928). Sa curiosité toujours en éveil, sa grande érudition et son empressement à défendre les jeunes générations de musiciens ont suscité de nombreuses vocations ; on compte ainsi parmi ses élèves ou ses disciples Francis Poulenc, Maxime Jacob, Roger Désormière, Germaine Tailleferre, Ferdinand Barlow, Henri Sauguet, Cole Porter et Francis Dhomont7.

Farouchement indépendant et revendiquant un esprit de liberté (ainsi que le rappelle l’épitaphe gravée sur sa stèle funéraire), il s’est néanmoins tenu à l’écart des cénacles artistiques, ce qui peut expliquer qu’il soit aujourd’hui un des compositeurs les moins connus (et les moins joués) de l’École française.

C’est sans regrets qu’il dit en 1947 : « …au soir de ma vie, je me rends compte que la réalisation de mes rêves d’artiste, pour incomplète qu’elle soit, m’a donné la satisfaction intime de n’avoir pas perdu mon temps sur la Terre. »

Tagged with:

Charles Koechlin

Februar 23, 2018 Kommentare deaktiviert für Charles Koechlin

Tagged with:

‚Die Zauberfloete‘

Februar 12, 2018 Kommentare deaktiviert für ‚Die Zauberfloete‘

Tagged with:

Versaille 1789

Februar 7, 2018 Kommentare deaktiviert für Versaille 1789

Tagged with:

Boulez-Aimard

Februar 7, 2018 Kommentare deaktiviert für Boulez-Aimard

Tagged with:

Boulez-Kontarski – 2016

Februar 7, 2018 Kommentare deaktiviert für Boulez-Kontarski – 2016

Tagged with:

Piero della Francesca…Kubelik

Februar 3, 2018 Kommentare deaktiviert für Piero della Francesca…Kubelik

Tagged with:

Rimsky-Korsakov – The Legend of the Invisible City of Kitezh – Leningrad / Mravinsky

Februar 2, 2018 Kommentare deaktiviert für Rimsky-Korsakov – The Legend of the Invisible City of Kitezh – Leningrad / Mravinsky

Tagged with:


© Horst Basse - Technik: Wordpress - Anpassung und Bereitstellung: Dirk Faber